PROGRAMME
 
Samedi 25 Octobre :  NICE - DUBLIN
Transfert en centre ville et déjeuner libre
vdn-gpe-2.jpgAffectueusement surnommée "My Dublin" par les irlandais, la capitale irlandaise est réputée pour sa culture, sa beauté et son exubérance ainsi que l'esprit et la chaleur de ses habitants. Sur la rive Nord de la Liffey, d'importants édifices publics furent construits comme la General Post Office , la maison des Douanes qui abrite aujourd'hui les bureaux du gouvertement, ou le Four Courts, palais de justice où les opposants au traité de pariition se barricadèrent en 1922... Traversez le Pont O'Connell qui doit son nom au célèbre leader irlandais et vous vous retrouverez sur la rive Sud de la capitale, renommée pour ses élégantes maisons georgiennes et leurs portes peintes de couleur vive.



Visite de la distillerie Old Jameson
                        
           


Dimanche 26 Octobre : DUBLIN
- visite de la brasserie GUINNESS
                               

- tour panoramique du centre ville
- visite de la cathédrale de Cristchurch

- visite du Musée National
Situé au coeur de la ville, le musée national abrite des trésorts datant de 7000 avant J.C jusqu'au XXème siècle. Il est connu pour sa collection de bijoux  en or datant de l'Age de Bronze, l'une des plus étendues du monde. La Broche de Tara et le Ardagh Chalice font partie des objets les plus remarqués.

Le soir : spectacle typiquement irlandais au pub Taylors Three Rock


Lundi 27 Octobre : Comté de Dublin - Comté de Galway

- départ pour Galway en passant par les plaines fertiles des Midlands
- visite du site monastique de CLONMACNOISE
Le village ecclésiastique de Clonmacnoise est situé en pleine nature au bord du fleuve Shannon. Fondé au VIème siècle, il fut le monastère le plus important de l'île à l'époque médiévale. Le musée abrite les magnifiques croix celtes d'origine. L'une d'elles, la Croix des Ecritures, est reconnue comme étant l'une des plus belles du pays. Une visite du site met en valeur l'importance de ces bâtiments , tels que les deux tours rondes, la catédrale du XIème siècle ou encore l'église St Ciaran













- arrivée à Galway et tour panoramique du centre ville
Située en les lac Corrib et sa baie, Galway est considérée comme la capitale de l'Ouest irlandais. Adorée de ses habitants comme de ses visiteurs, cette ville maritime a conservé son charme médiéval avec ses rues pavées et colorées. Une ambiance chaleureuse règne dans ses rues et dans ses nombreux pubs.








Mardi 28 Octobre : Le Connemara
- journée consacrée à la découverte de l'étendue désertique du Connemara
C'est encore de nos jours la région la plus âpre, la plus secrètre et la plus romantique du pays. Elle englobe la quasi-totalité du comté de Galway, vaste presqu'île bordée par la baie de Galway au Sud, celle de Killary au Nord, l'océan à perte de vue à l'Ouest et les lacs Corrib et Mask à l'Est. C'est un pays de montagnes, de lacs et de tourbières où le soleil, la pluie et le vent composent une symphonie de couleurs : les verts denses et lumineux des fougères et de l'herbe rase, le gris des murets et des roches escarpées, le  brun des tourbières et des vastes étendues de bruyères, les rouges écarlates des haies de fuschias et les nappes argentées des lacs si nombreux qu'il semblent, par instant, occuper tout l'espace. Ainsi les monuments sont rares dans cette région sauvage et fière où l'homme a renoncé à domestiquer la nature, préférant vivre à son rythme plutôt que de lui imposer le sien.

- visite de l'Abbaye et des jardins de KYLEMORE
Ce château de style gothique, construit au 19ème siècle par un riche commerçant de Liverpool, appartient aujourd'hui à une communauté de soeurs bénédictines. Cette abbaye est nichée dans un val boisé aux abords d'un lac majestueux. Seuls 3 pièces et le hall d'entrée sont ouverts au public, le reste de l'édifice étant réservé aux religieuses qui y vivent ainsi qu'aux élèves de l'école privée dont elles s'occupent. Les jardins clos sont un superbe exemple de jardins "victoriens" et furent parmi les plus beaux d'Irlande en leur temps.  

                                          

Mercredi 29 Octobre : Comté de Galway - Comté de Limerick
- départ pour la découverte des paysages uniques de la région du Burren
Le Burren est une région étrange et unique en Europe. "Burren" veut dire "gros rochers", un nom qui sied bien à cet impressionnant paysage. Souvent décrit comme lunaire, le Burren est un haut plateau de calcaire poreux au Nord de la région de Clare. Aucun arbre n'y pousse et la roche  est à nu. Mais les nombreuses crevasses qui sillonnent la région permettent à de nombreuses fleurs de pousser tout au long de l'année.

- arrête aux falaises de Moher
Les plus célèbres falaises d'irlande s'élèvent à 215 mètres au-dessus de la mer et s 'étendent sur plus de sept kilomètres. Ces rochers érodés se dressent de façon spectaculaire au-dessus de l'océan. Depuis ces falaises on peut admirer les îles d'Aran.
Elles abritent de nombreuses espèces d'oiseaux de mer dont certains en voie de disparition.






- visite du château et du parc folkorique de Bunratty
Le château de Bunratty est l'un des châteaux médiévaux les mieux préservés et les plus authentiques du pays. Construit au début du XVème siècle, il a été rénové et remeublé dans les années 50 et comporte d'impresionnants meubles médiévaux.
Le parc qui l'entoure est la reconstitution d'un village irlandais du XIXe siècle, avec ses habitations, son école, ses magasins, ses fermes...

                                                 

Jeudi 30 Octobre : Comté du Clare - Limerick - Comté de Dublin
- départ pour un tour panoramique du centre ville de Limerick
- visite du château de ROSCREA
- arrivée à Dublin et installation à l'hôtel
- soirée libre à TEMPLE BAR

                                                 


Vendredi 31 Octobre : DUBLIN - NICE


 
 

INIS (île en gaélique)
Là, le vert, la couleur du trèfle, de St Patrick, se retrouve à chaque pas, dans le drapeau, le marbre irlandais dont on fait des bijoux, les prairies mouillées s'étendant jusqu'à l'horizon, l'espérance que ce pan de ciel bleu annonce le beau temps.
Et ce vert illumine les yeux de Scarlett, Iren ou Maureen, ces filles à la chevelure roussie par la fumée des feux de tourbe que leurs aieüls ont allumés pendant des siècles.
Elle danse la fille d'EIRE, au son d'une musique qui pleure en chantant et chante en pleurant et puis soudain, ivre d'alcool et d'humanité, s'emporte dans une sarabande étourdissante.
Frappe, frappe de tes petits pieds le sol de cette terre martyre.
Frappe, frappe, que s'enfouissent, au plus profond, les souvenirs des morts par la faim et la misère, le glaive ou les balles.
Frappe encore, que surgissent de l'herbe drue, les fleurs de la Paix, de l'Espoir.. de la Liberté.
Frappe, que les uniformes vert de gris ne se confondent plus avec les nuages noirs que le vent, violent, indifférent, cruel, amène et chasse d'un même élan.
Ah ! ce pays incite au rêve, à la mélancolie et en même temps à la gaieté. Il n'est pas loin, il est ailleurs, parcequ'encore amarré au monde celtique (peut-être pas pour longtemps) .. les "Voix de Nice" y ont fait escale.
Comme des oiseaux de passage, picorant au hasard, nous avons glané quelques miettes de son histoire, de ses traditions, de sa musique, de ses ballades.
A Clonmacnoise, dans l'aura de la Croix des Ecritures, nos chants imprégnés de l'atmosphère recueillie du lieu, se sont élevés, purs, comme habités... Beau moment !!!
D'autres instants, conviviaux, sérieux ou joyeux ont une fois de plus confirmé notre plaisir d'être ensemble et d'unir nos voix.
Pour ce faire, levons notre vert, pardon notre verre, rempli de Guinness, ou de whiskey ou d'un Irish Coffee, à la santé de Christine, Didier et Patrick, nos guides si sympathiques et accueillants.. et à la nôtre aussi.
My God ! quel beau voyage

Nadia (soprano)

Rêve d’Irlande

Tout d’un coup, au détour du fleuve Shannon, un de ces innombrables endroits où les rivières se confondent avec le ciel, où l’on se sent happé par ces immensités bleues et vertes, tout d’un coup disais-je, paraissent les tours médiévales où nichent toutes sortes d’oiseaux, un château fort et la vieille cathédrale en ruine entourée de tombes et de croix celtes à profusion.

Mais où sommes-nous, dans un polar d’Agatha Christie, dans un conte de fées ou bien encore, dans une scène du « Seigneur des anneaux » ? Non, nous sommes au monastère de Clonmacnoise, le plus vieux site monastique irlandais, et sans doute européen puisqu’il a été fondé au 6è siècle ! Tout d’un coup on est projeté ailleurs, on n’est plus sur terre : est-ce un retour en arrière, est-on renvoyé dans notre enfance, celle qui a quitté notre corps mais subsiste toujours, dans un coin secret de notre cerveau et de notre cœur ?

Oui ce site, en plus d’abriter les secrets de plus de sept siècles d’histoire médiévale, en plus d’avoir connu les contemporains du roi Arthur et de Merlin l’enchanteur, les histoires d’amour chevaleresques, mais aussi les guerres et combats sanglants d’un autre âge, ce site nous parle, immanquablement. Nous renvoie à nos rêves et nos peurs enfantines, nous fait sentir plus petits que jamais, face à l’immensité de la nature, et aux mystères de l’Histoire qui nous entourent.

L’Irlande est pleine de ces coins magiques, l’Irlande, terre de légendes s’il en est, terre qui a tant souffert, mais dont les habitants n’ont cependant jamais renoncé à leur courage, et à l’amour de leur patrie. Si j’ai un conseil à vous donner : allez-y. Mais évitez de vous enfermer uniquement dans les pubs de Dublin, où la bière coule à flots. Même si cela s’avère indispensable pour vérifier que ce peuple malmené au cours des siècles a su, curieusement, conserver sa joie de vivre, sachez aussi écouter le murmure de la nature, majestueuse, et la respecter. Sachez aussi vous téléporter dans le passé, et dans les lointains rêves secrets de votre enfance.

Oui, c’est tout cela l’Irlande et bien plus encore. Et curieusement nous autres, Niçois et plus généralement Occitans, nous sentons plein d’affinités avec ce peuple. Serait-ce parce que nous nous sentons oubliés par une république parisienne centraliste, comme l’Irlande le fut, bien longtemps, par sa perfide Albion de voisine ? Ou bien parce que son dialecte d’origine, l’irlandais gaélique, a tendance à disparaître à jamais, exactement comme nos langues régionales ?

Que tous les peuples dits « minoritaires » se tiennent la main, et sachent partager le plus beau des secrets : l’histoire légendaire de leur terre…

Véronique (alto)