Diaporama
De Verone à Solferino en Image
GRAZZANO VISCONTI

Lors de ce voyage en Italie, nous n'avons pas manqué de guides.. que ce soit à Vérone ou à Crémone mais il est un endroit où nous sommes allés sans trop savoir ce que nous allions y trouver.. GRAZZANO VISCONTI. J'ai recherché des informations sur Internet et je vous livre ci-après, le témoignage d'une journaliste : Marie MALZAC. (www.lepetitjournal.com - Milan) mardi 25 septembre 2007 qui elle aussi, a trouvé ce lieu MAGIQUE ….

Fées, dragons, chevaliers et fantômes peuplent les rues de Grazzano Visconti. Près de Piacenza, ce village de style médiéval a été imaginé et réalisé par Giuseppe Visconti au début du siècle dernier. Une promenade dominicale qui ravira les petits et les grands

A une dizaine de kilomètres de Piacenza, au détour d'une ferme, presque caché, se blottit un petit village. Si ce n'était pour les parkings qui l'entourent et la foule qui s'y presse, personne ne remarquerait sa présence. Pourtant, une fois passée l'une de ses portes, nous voilà plongés en plein Moyen Age.


C'est au début du siècle dernier que Giuseppe Visconti a conçu et réalisé ce charmant petit bourg de style médiéval, avec ses tours à créneaux couvertes de vigne vierge, son puits en fer forgé, ses balcons étroits savamment décorés. A partir d'un château en ruines et du village limitrophe quasiment à l'abandon, il a fait preuve d'une telle imagination et d'un tel sens de la mise en scène que l'endroit a rapidement connu un vif succès.


On se laisse émerveiller par autant de détails, de la chapelle miniature aux peintures en partie effacées ornant les frontons. On prend plaisir à flâner, le temps d'une promenade, au coeur des ruelles et des places.

Un château du XIVe
Tous les ingrédients sont réunis pour créer l'ambiance de Grazzano. Les fées et les dragons côtoient les saints sur les fresques. Dans les rues, ne vous étonnez pas de voir déambuler des personnages au physique plus ou moins sympathique Vous aurez peut être l'occasion de croiser Aloisa, le fantôme de Grazzano, les personnages du Seigneur des Anneaux ou même Harry Potter en personne...
Si les atours actuels du village sont d'une époque récente, le château a quant à lui des origines bien plus anciennes. Situé un peu en retrait, le Biscione, demeure des Visconti, date de la fin du XIVe siècle. Son jardin, exemple de style éclectique, vaut vraiment le détour.

 

N.B. pour toute information complémentaire (pour ceux qui comprennent bien l'italien…) je vous conseille d'aller sur le site du village : www.grazzano.it

Un poème de Nadia (soprano)

Le voyage à VERONE… un certain regard

 

La VENETIE s'est habillée aux ors de l'automne

Elle nous accueille dans les belles cités

De VERONE, SIRMIONE, CREMONE,

Aux palais de briques roses, aux remparts crénelés.

Le voyage se fait au son du violon.

Nous voyons même comment il se fabrique.

Romance et violons : c'est Juliette à son balcon

Et Dvorak qui régale de sa musique.

Mais aussi au son du tambour, de la mitraille.

A SOLFERINO, dans son musée, nous entrons dans la guerre.

Evoquant de ces lieux la terrible bataille,

Les souvenirs racontent la Gloire et …. la Misère.

Ces "vilaines morts" nous serrent le cœur

Quand nous découvrons les restes des héros.

Et nous offrons, comme on dépose des fleurs

Au seuil d'un cimetière, du NABUCCO, le "Va Pensiero".

Dans les rues de Vérone, CAVOUR, GARIBALDI, MAZZINI…..

Leur nom dans nos mémoires, interpelle et résonne.

Alors monte à nos lèvres, le chant, maintes fois repris :

"Un jour, nous le verrons, nous irons même à Rome"…

Dans l'église SAN GIORGO, nous ponctuons le service religieux.

Le Père NOYON, écarte un nuage, satisfait de sa "Missa Brevis".

Mais le moment  le plus insolite, peut-être le plus heureux

C'est sur la place BRA, où se rejoignent les "VOIX DE NICE"

Et là……………….

                      Briquets allumés, dans la nuit tombante

                      Sans tréteaux ni planches branlantes

                      Nous voici un instant baladins,

                      Chanteurs de rues, de grands chemins.    

                      Les passants s'arrêtent, étonnés et charmés

                      De ce concert sans apparat, improvisé.

                      Et chanter devient alors un plaisir pur,

                      Merci, Albert, pour cette aventure

 


                      Nadia – Novembre 2007